Rémy Marchand : Protocole commun d’alerte en cas de catastrophe naturelle ou de sinistres industriels

La version 1.2 du protocole commun d’alerte – élaboré par le Comité OASIS de gestion des situations d’urgence – a atteint le stade de standard pour revue publique. Sont disponibles : le Schema XML ainsi que le texte du comité technique de spécification en trois formats, dont le format initial d’édition, HTML et PDF. Il existe déjà des implémentations opérationnelles. Le vote sur la spécification s’étend du 16 au 30 Juin. Ce protocole commun d’alerte fait partie d’un jeu de standards rassemblés par le Langage d’échange de données relatives aux situations d’urgence (Emergency Data Exchange Language). Le protocole CAP est un moyen simple quoique général (multi-usages) d’échanger toutes sortes d’information d’alertes relatives à des périls en situation d’urgence par divers moyens et réseaux. CAP. Ces messages peuvent être distribués simultanément à destination de différents récepteurs de signaux d’alerte ce qui simplifie la fonction d’alerte. CAP facilite également la détection de profils permettant d’identifier des périls non connus ou des actes hostiles. CAP propose un gabarit permettant de concevoir des messages invoquant les bonnes pratiques identifiées par le recherche académique et l’expérience du monde réel.

La spécification CAP est ouverte (non propriétaire) et concerne des messages numériques correspondant à tous types d’alerte et de notifications. Elle n’est liée à aucune méthode de communication et elle est indépendante de toute application. Le format CAP format est compatible avec les techniques nouvelles telles que les Web services et tient compte de formats existant dans le domaine de la météo Specific Area Message Encoding..

On notera ses capacités évoluées : (1) adressage géographique flexible utilisant les coordonnées de latitude/longitude et les autres représentations géospatiales 3D; (2) messages multilingue et multiaudience; (3) dates effectives ou/et d’expiration; (4) fonctions avancées de mise à jour et d’annulation; (5) Cryptage et signatures numériques; (6) Support des images et des sons. Les avantages de CAP tiennent à la réduction des coûts de mise en place des systèmes d’alerte et à la simplification des interfaces applicatives, ce qui représente en fin de compte un moyen d’alerte indépendant de toute technologie et international. Pour s’informer sur le spécification, voir

Tagged:

Comments are closed.

Rémy Marchand : Protocole commun d’alerte en cas de catastrophe naturelle ou de sinistres industriels

La version 1.2 du protocole commun d’alerte – élaboré par le Comité OASIS de gestion des situations d’urgence – a atteint le stade de standard pour revue publique. Sont disponibles : le Schema XML ainsi que le texte du comité technique de spécification en trois formats, dont le format initial d’édition, HTML et PDF. Il existe déjà des implémentations opérationnelles. Le vote sur la spécification s’étend du 16 au 30 Juin. Ce protocole commun d’alerte fait partie d’un jeu de standards rassemblés par le Langage d’échange de données relatives aux situations d’urgence (Emergency Data Exchange Language). Le protocole CAP est un moyen simple quoique général (multi-usages) d’échanger toutes sortes d’information d’alertes relatives à des périls en situation d’urgence par divers moyens et réseaux. CAP. Ces messages peuvent être distribués simultanément à destination de différents récepteurs de signaux d’alerte ce qui simplifie la fonction d’alerte. CAP facilite également la détection de profils permettant d’identifier des périls non connus ou des actes hostiles. CAP propose un gabarit permettant de concevoir des messages invoquant les bonnes pratiques identifiées par le recherche académique et l’expérience du monde réel.

La spécification CAP est ouverte (non propriétaire) et concerne des messages numériques correspondant à tous types d’alerte et de notifications. Elle n’est liée à aucune méthode de communication et elle est indépendante de toute application. Le format CAP format est compatible avec les techniques nouvelles telles que les Web services et tient compte de formats existant dans le domaine de la météo Specific Area Message Encoding..

On notera ses capacités évoluées : (1) adressage géographique flexible utilisant les coordonnées de latitude/longitude et les autres représentations géospatiales 3D; (2) messages multilingue et multiaudience; (3) dates effectives ou/et d’expiration; (4) fonctions avancées de mise à jour et d’annulation; (5) Cryptage et signatures numériques; (6) Support des images et des sons. Les avantages de CAP tiennent à la réduction des coûts de mise en place des systèmes d’alerte et à la simplification des interfaces applicatives, ce qui représente en fin de compte un moyen d’alerte indépendant de toute technologie et international. Pour s’informer sur le spécification, voir

Tagged:

Comments are closed.